Vos droits en tant que travailleur

Quels sont vos droits en tant que travailleur ?

Êtes-vous réellement sécuritaire lorsque votre employeur vous demande d’exécuter un travail, de suivre les procédures ou de compléter un travail ?

Naturellement, nous cherchons à éviter de déplaire notre employeur et faisons notre possible pour exécuter le travail demandé. Mais jusqu’à quel niveau, est-il acceptable de se mettre à risque pour le bénéfice du travail ?

Quels sont vos droits en tant qu’employé? Un employeur qui respecte ses employés va prendre les précautions nécessaires pour que leurs employés puissent travailler dans un environnement sécuritaire. Toutefois, lorsque plusieurs éléments entre en considération (coût, matériaux, temps, nouveautés), le choix n’est pas aussi facile. Les risques ne sont pas toujours évidents. La raison pour laquelle, votre implication est primordiale.

 

DROIT DE SAVOIR.

Lorsque vous effectuer un nouveau travail, vous avez le droit de savoir les risques qui y sont associés et qui entourent votre environnement de travail. Gaz carbonique, radiation, hauteur, manque de matériel, chaleur, mauvaise aération sont des risques qui affectent votre santé et sécurité au travail.

Vous avez le droit de recevoir de la formation pour les travaux spécialisés tels que des manipulation avec des matières dangereuses, des réparations en hauteur, un nettoyage en espace clos, des entretiens dans un environnement propice aux incendies, etc.

Vous avez le droit de réclamer ces formations pour assurer votre sécurité au travail. Savoir les risques et savoir comment faire est absolument nécessaire avant d’entreprendre des travaux.

Fait vécu : C’était une journée où on était très pressés, j’ai mis des frites congelées dans une friteuse en ébullition. Cela a créé une espèce d’éruption volcanique. Ç’a failli m’exploser au visage. J’aurais pu être défiguré. Ma vie aurait été marquée par cet événement, ma carrière aurait été ruinée avant même de commencer. Je n’étais pas vraiment conscient du danger parce qu’on ne m’en avait pas parlé, on ne m’avait rien expliqué. Et moi, j’étais trop orgueilleux pour poser des questions. J’avais peur de perdre ma job. Mais avec le recul, quand j’y pense, je ne vois pas dix solutions, j’en vois juste une, c’est de demander une formation.

 

DROIT DE PARTICIPER.

La personne la plus à risque est vous même. Vous êtes à la fois la personne qui est la plus concerné et la plus informé des nouveaux risques qui se manifestent. Vous avez le droit de participer à la planification préventive en santé et sécurité au travail. Si vous voyez qu’un collègue travail dans un environnement dangereux, vous avez le droit de revendiquer des mesures de sécurité afin d’assurer la sécurité de vos collègues et de vous-même. Le danger peut venir des autres comme il peut venir de vous.

Fait vécu : Dix minutes après que leur patron a réussi tant bien que mal à faire fonctionner les débroussailleuses et qu’il leur a indiqué où travailler, sans leur fournir plus d’information, de formation ou de supervision, les deux jeunes entreprennent leur travail. Ils se font dos et travaillent en pivotant. Ils sont très près l’un de l’autre. La lame de la débroussailleuse du collègue de Jonathan frappe un tronc et rebondit brusquement sur le côté. Elle heurte la jambe droite de Jonathan, provoquant une profonde lacération de son mollet. Quelques minutes plus tard, ce dernier quitte les lieux en ambulance.

 

DROIT DE REFUSER.

Vous avez entièrement le droit de refuser d’exécuter un travail dangereux. Après avoir invoquer les risques à votre supérieur et qu’aucune précautions n’a pas été pris, vous pouvez refuser de travailler. Faire plaisir à son patron ou avoir peur de se faire congédier ne peut pas expliquer ou compenser le risque de se mettre en danger. Tomber durant un travail en hauteur, s’infecter lors d’un travail avec des matières dangereuses, se brûler lors d’un petit incendie, s’évanouir dans un espace clos sont des situations qui peuvent être évitées en simplement refusant de se mettre dans ces conditions de travail à risque.

Fait vécu : Marc-André Chabot raconte qu’au début, il ne voulait pas laver la machine parce qu’il n’avait reçu aucune formation pour le faire. « Je n’avais pas de formation pour celle-là, puis j’ai cédé ; j’ai commencé à apprendre “sur le tas” comment les autres employés s’y prenaient tous les soirs pour laver la machine en marche. Lorsque l’accident s’est produit, je lavais la machine comme je le faisais depuis des mois. Mon gant à vaisselle est resté coincé, puis ma main a été entraînée dans la machine. 

Une des bonnes façon d’introduire les bonnes pratiques de santé et sécurité au travail est de partager à votre supérieur l’existence des formation qui permettent de réduire les risques au travail.

Vous avez des questions sur les formations dont vous avez besoin ? Contactez-nous

 

RÉFÉRENCES

https://www.preventionautravail.com/reportages/66-des-temoignages-percutants-pour-stopper-les-accidents.html

TARGE

TARGE

Recevez les dernières nouvelles en gestion de risque et du contenu spécialement développé par nos experts.